ECP2015

Le salon e-commerce paris 2015 a fermé ses portes ! Comme chaque année, c’est l’occasion de benchmarker les innovations, de revoir le petit monde du e-commerce mais surtout de sortir la tête du guidon et d’upgrader sa vision du e-commerce de demain. Mobile, Livraison, data, tablette vendeur, techno e-commerce ou searchandising, les sujets abordés sont multiples, très diversifiés et permettent d’élargir son champ de vision.

Pour ma part, je pense que quelques jours de recul sont nécessaires pour analyser l’empreinte que laisse le salon et pour digérer cette somme d’information.

Voilà, donc ce que je retiens… une vision très personnelle et subjective du salon et qui peut, peut être, servir ceux qui n’ont pu s’y rendre 😉

 

  • AKENEO : PIM open source
    PIM : Product Information Management. Pas besoin de redire ici l’importance du contenu aussi bien pour les internautes que le SEO. Mais dans une dimension cross canal, il devient impératif de centraliser l’information produit, de la sécuriser et la rendre collaborative. C’est là qu’intervient un PIM ! Akeneo propose une solution open source répondant à cette problématique et s’annonce déjà comme une pointure d’aujourd’hui et de demain. Son study case avec Altima et Cora Belgique démontre tous les enjeux et bénéfices du PIM pour les commerçants avec cerise sur la gâteau (la mise en place des tablettes vendeurs)

 

  • ALGOLIA : Moteur de recherche qui propose une expérience de searchandising vraiment bouleversante. L’auto complétion et les résultats instantanées apportent une véritable expérience utilisateur et  consommateur. Une techno et un outil à suivre…

 

  • Les solutions de livraison en consigne m’ont également marquées. INPOST FRANCE a obtenu un award mais d’autres solutions existent et vont continuer de se développer. La proposition me semble plus appropriée au milieu ultra urbain qu’à la province où je miserais plutôt  sur les DRIVE qui ont une belle carte à jouer dans le métier. Pourquoi ne pas retirer sa livraison en même temps que ses courses au drive? Et le réseau des drives en France est déjà bien garni pour proposer un maillage pertinent. Et s’il doit passer au drive pour retirer un colis, le client va probablement en profiter pour passer une commande 😉

 

ENFIN, je garde ce qui m’a le plus touché pour la fin de ce topo, à savoir, LES MARKET PLACES

  • Market place : L’idée n’est pas ici de vous expliquer qu’il faut pousser votre catalogue vers amazon, cdiscount, Priceminister etc … Mais plutôt de comprendre que l’avenir du e-commerce s’oriente vers l’hyper-commerce. Internet a permis à de nombreux e-commerçants de prendre une position concurrentielle forte dans des marchés contrôlées jusqu’alors par des marques historiques. Certaines enseignes, pure-players sont même en position de leader. Mais pour combien de temps ? Rien n’est jamais acquis et celui qui ne se remet pas constamment en question se fait dépasser par ses concurrents. Souvenons-nous que le premier métier de AMAZON était de vendre des livres ! mais aujourd’hui ? En reprenant la théorie de la longue traine, qui distribue une innovation technologique dans le temps, on peut légitimement se demander si les e-commerçants ne vont pas copier le modèle d’amazon, cdiscount etc …  (pour aller plus loin, http://www.journaldunet.com/ebusiness/expert/58492/marketplace—croissance-et-rentabilite.shtml)
    Aujourd’hui, en 2015, la techno permet de le faire. Sur le salon, j’ai identifié 3 acteurs qui proposent déjà aux e-commerçants d’entrer dans l’aire de « l’hyper-e-commerce », MIRAKL, IZBERG & WIZAPLACE.