Livraison e-commerce en DRIVE

Je viens de recevoir un sms de Auchan Drive m’informant qu’ils fêtaient leur 15 ans ! Rien que ça … autant dire qu’ils étaient précurseurs en la matière. Et ce sms d’auchan drive me rappelle une idée e-business.

Les drives se sont imposés dans le paysage de la distribution comme l’une des illustrations de convergence entre web et point de vente en alliant le meilleur des deux services. A l’heure du e-commerce, les drives apparaissent à mon avis, comme l’une des pistes pouvant répondre à l’ubérisation de la grande distribution. Depuis mars 2014, le nombre de drive en France est supérieur à celui des hyper marchés. http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL5N0MM4F520140325.

Avec 2841 drives en mars 2015, on peut légitimement présager que la barre des 3000 drives sera atteinte en 2015 même si le maillage du territoire comporte néanmoins, encore des zones blanches comme le montre les cartes suivantes (https://www.pginsight.com/chiffres-drive-nombre-drive-en-france/

Idée E-business :

La convergence  entre le e-commerce et le drive est naturelle puisque native. L’idée est de simplement pousser cette convergence un peu plus loin, en la proposant comme mode de livraison pour tous les e-commerçants. A l’instar des livraisons en points relais, des livraisons en consignes ou encore des livraison en point de vente, pourquoi ne pas proposer la livraison de la commande e-commerce dans le drive le plus proche ?

Les intérêts sont multiples :

CLIENT

  • Souplesse des drives. (parking, gain de temps, agilité, etc.)
  • Mutualisation du déplacement. Le client peut en profiter pour retirer ses courses en même temps.

DRIVE

  • Fidélisation accrue. Le drive ne devient plus seulement un point de retrait des courses mais un centre de services. On pourrait même pousser jusqu’aux services de conciergerie (pressing etc …). En étant limite provoc’ , pourquoi pas aussi crèche privée ? Cela peut paraitre choquant à première vue, de récupérer ses enfants au drive mais si on pousse le raisonnement, cela n’est pas si fou que ça 😉
  • Possible effet bénéfique sur la fréquence de commande. Le client peut être poussé à faire une commande complémentaire pour « profiter » de ce passage au drive.
  • Capital sympathie renforcée car le drive n’est plus un entrepôt ou on se gare pour retirer sa commande mais devient un véritable centre qui rend des services au quotidien.

Je ne traiterai pas les effets induits pour les e-commerçants et les Drives en terme de CA liés directement à la commercialisation de ce service.

Petit bémol quand même…
Ce développement ne peut pas être à mon avis, envisagé dans les zones ultra urbaines comme paris, où les drives comme les voitures n’ont plus vraiment leur place. Proposer la livraison en drive, suppose également qu’un opérateur puisse réussir à centraliser ce service en s’appuyant sur les réseaux des différentes enseignes. (Pas simple et pas gagné de faire cohabiter auchan, carrefour, leclerc etc …)

Et ne proposer la livraison que dans les auchan drive, ou que dans les carrefour drive n’est pas aussi séduisant en terme d’offre de service globale pour les e-commerçants tiers ou pour les clients finaux.

Ce service pourrait quand même se développer en intra marque. Auchan.fr pourrait proposer, par exemple la livraison des achats volumineux (Réfrigérateur, Salons etc…) dans ses drives. Avec le déploiement de leur market place, auchan pourrait également à terme, proposer la gestion de la logistique pour les marchands de leur markerplace, comme le propose déjà Amazon ou Cdiscount.

à suivre …