Catégories
Non classé

Market place, quelle stratégie pour le e-commerce ?

Market place, l’avenir du e-commerce ?

Tous les e-commerçants que je rencontre se plaignent de leur dépendance aux Market Places (Amazon et Cdiscount en tête). Il sont partagés entre le CA que leurs apportent ces mastodontes du E-commerce et la concurrence qu’ils représentent de facto. J’ai longtemps dis que le e-commerce illustrait la revanche des commerçants sur la grand distribution tant décriée dans les années 2000 et parfois encore de nos jours. Certains sont réellement parvenus à se faire une place et à concurrencer les grandes enseignes. Mais les tickets d’entrée sont désormais tellement élevés que seules quelques niches permettent encore l’émergence de nouveaux acteurs du e-commerce. Aujourd’hui si les e-commerçants ne veulent pas à leur tour, subir la loi des marketplace sus nommées, elles doivent adapter leur stratégie et pourquoi pas venir concurrencer les Amazon, Cdiscount et autres Price minister sur leur propre terrain. C’est dans ce cadre que s’inscrit ce billet en tentant de répondre aux questions suivantes :

Qui peut aujourd’hui lancer une market place ? Qui doit en ouvrir une pour ne pas disparaitre ? Quelles solutions techniques choisir ? Quelles retombées en attendrent ?

 

1. Pourquoi devenir une Marketplace ?

D’abord, la marketplace va permettre au e-commerçant d’élargir son offre de produit et de réaliser des ventes additionnelles sans avoir à mobiliser de stocks ni à gérer la livraison. C’est bien cette raison qui fait devenir opérateur de market place. L’utopie ou l’espoir de vendre plus en prenant une marge sur les ventes. Tout le monde ne peut pas devenir Amazon ou Cdiscount mais les e-commerçants qui ont réussi à se faire une vraie place sur leur marché sont souvent ceux qui avaient compris avant les autres, l’intérêt de vendre sur Internet. Ils ont également essuyé les erreurs techniques ou marketing en itérant constamment les correctifs ou évolutions à leur business. Et là, ils se retrouvent à la même croisée des chemins. Le taux de croissance du e-commerce bien que toujours à deux chiffres va ralentir. (+ 14% en 2015, +10 % en 2016). Il faut donc que les e-commercants aillent chercher de la croissance ailleurs. Il existe deux options :

  • A l’étranger : Pour développer son offre dans d’autres pays.
  • Marketplace : Pour développer sa base client en élargissant.

 

2. Comment devenir une marketplace ?

Devenir opérateur de marketplace n’est pas un projet anodin. Bon nombre de e-commerçants se sont cassées les dents sur des projets techniquement mal ficelés, avec des coûts de déploiement et de maintenance empêchant d’espérer tout succès.  La réussite repose sur 3 axes.

  • Le commercial (Gestion des marchands)
  • Le marketing (Acquisition trafic, CRM etc.)
  • L’IT (choix de la solution technique)

Ces 3 axes impliquent des évolutions notables pour le métier de e-commerçant. Il va d’abord devoir recruter et animer des marchands mais aussi suivre leur performance en élaguant la marketplace des marchands parasites (faible ventes, mauvais délais de livraison, commandes annulées etc.). Il va devoir ensuite mener des actions e-marketing pour développer la visibilité de sa nouvelle offre (SEO, SEA, Emailing etc. ). Dans son front il aura le choix entre l’intégrer dans son offre ou de cloisonner l’offre market place comme le fait ASOS. Enfin le choix de la techno qui va également le ramener aux tergiversations techniques de sa propre plateforme e-commerce (Sur mesure, Open source, propriétaire etc..).

3. Quelles solutions choisir ?

Le JDNET a fait un comparatif des 4 principales solutions  MIRAKL, IZBERG, WIZAPLACE et BOUTWIK : http://www.journaldunet.com/solutions/cloud-computing/1173695-comparatif-4-solutions-de-marketplace-pour-petits-et-grands-e-commercants/
IZEBERG avec sa solution Saas via API est celle qui couvre le plus large spectre des besoins des e-commerçants. Son PIM intégré et ses briques fonctionnelles en font le meilleur outil pour faire évoluer son e-commerce en Marketplace.

4. Quelles retombées ?

Les promoteurs des Market place mettent souvent en avant l’aspect win-win-win.

  • L’opérateur y gagne en CA et rentabilité.
  • Le marchand y gagne par du CA additionnel
  • Le client y gagne via l’assurance de trouver le meilleur prix à un seul endroit

Ceux qui vont inévitablement y gagner seront les agrégateurs de flux (Lengow, Shopping Flux, sellermania etc..). Leur business model repose généralement sur le nombre de plateforme vers lesquelles envoyée le flux. Si un e-commerçant doit envoyé son flux à 10 mkp alors qu’il l’envoyait auparavant aux 3 principales, cela aura nécessairement un impact sur le coût.

L’enjeu est certes économique pour les e-commerçants mais il est surtout stratégique. Dans 5 ans, que sera leur marché ? Que sera leur e-commerce ? Quelle offre sera attendue par les clients ?

 

 

Catégories
Boite à idée e-business

Livraison e-commerce en DRIVE

Je viens de recevoir un sms de Auchan Drive m’informant qu’ils fêtaient leur 15 ans ! Rien que ça … autant dire qu’ils étaient précurseurs en la matière. Et ce sms d’auchan drive me rappelle une idée e-business.

Les drives se sont imposés dans le paysage de la distribution comme l’une des illustrations de convergence entre web et point de vente en alliant le meilleur des deux services. A l’heure du e-commerce, les drives apparaissent à mon avis, comme l’une des pistes pouvant répondre à l’ubérisation de la grande distribution. Depuis mars 2014, le nombre de drive en France est supérieur à celui des hyper marchés. http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL5N0MM4F520140325.

Avec 2841 drives en mars 2015, on peut légitimement présager que la barre des 3000 drives sera atteinte en 2015 même si le maillage du territoire comporte néanmoins, encore des zones blanches comme le montre les cartes suivantes (https://www.pginsight.com/chiffres-drive-nombre-drive-en-france/

Idée E-business :

La convergence  entre le e-commerce et le drive est naturelle puisque native. L’idée est de simplement pousser cette convergence un peu plus loin, en la proposant comme mode de livraison pour tous les e-commerçants. A l’instar des livraisons en points relais, des livraisons en consignes ou encore des livraison en point de vente, pourquoi ne pas proposer la livraison de la commande e-commerce dans le drive le plus proche ?

Les intérêts sont multiples :

CLIENT

  • Souplesse des drives. (parking, gain de temps, agilité, etc.)
  • Mutualisation du déplacement. Le client peut en profiter pour retirer ses courses en même temps.

DRIVE

  • Fidélisation accrue. Le drive ne devient plus seulement un point de retrait des courses mais un centre de services. On pourrait même pousser jusqu’aux services de conciergerie (pressing etc …). En étant limite provoc’ , pourquoi pas aussi crèche privée ? Cela peut paraitre choquant à première vue, de récupérer ses enfants au drive mais si on pousse le raisonnement, cela n’est pas si fou que ça 😉
  • Possible effet bénéfique sur la fréquence de commande. Le client peut être poussé à faire une commande complémentaire pour « profiter » de ce passage au drive.
  • Capital sympathie renforcée car le drive n’est plus un entrepôt ou on se gare pour retirer sa commande mais devient un véritable centre qui rend des services au quotidien.

Je ne traiterai pas les effets induits pour les e-commerçants et les Drives en terme de CA liés directement à la commercialisation de ce service.

Petit bémol quand même…
Ce développement ne peut pas être à mon avis, envisagé dans les zones ultra urbaines comme paris, où les drives comme les voitures n’ont plus vraiment leur place. Proposer la livraison en drive, suppose également qu’un opérateur puisse réussir à centraliser ce service en s’appuyant sur les réseaux des différentes enseignes. (Pas simple et pas gagné de faire cohabiter auchan, carrefour, leclerc etc …)

Et ne proposer la livraison que dans les auchan drive, ou que dans les carrefour drive n’est pas aussi séduisant en terme d’offre de service globale pour les e-commerçants tiers ou pour les clients finaux.

Ce service pourrait quand même se développer en intra marque. Auchan.fr pourrait proposer, par exemple la livraison des achats volumineux (Réfrigérateur, Salons etc…) dans ses drives. Avec le déploiement de leur market place, auchan pourrait également à terme, proposer la gestion de la logistique pour les marchands de leur markerplace, comme le propose déjà Amazon ou Cdiscount.

à suivre …